La chronique boursière

20/05/2019

En mode résistance…

Les marchés financiers européens ont plutôt bien résisté et même regagné du terrain après trois semaines consécutives de repli, l’indice CAC 40 clôturant sur un gain hebdomadaire de plus de 2%. Si Donald Trump a dégainé tous azimuts sur la Chine à coups de tweets, il a en revanche reporté sa décision sur d’éventuelles sanctions douanières à l’encontre du secteur automobile européen pour 6 mois ce qui a soulagé les investisseurs. Pour autant, entre Chinois et Américains, la situation se crispe et constitue un facteur de volatilité non négligeable du moins à court terme. Le consensus parie toujours sur un accord commercial à la fin du mois de juin mais la posture américaine plus rigide avec notamment un décret interdisant aux opérateurs télécoms américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque comme le chinois Huawei n’invite pas à l’optimisme. Google a d’ailleurs annoncé s’y plier et suspend ses relations avec la société chinoise. Huawei va perdre sa licence l’empêchant de proposer des mises à jour Android à ses utilisateurs. Par ailleurs, sur le front du Brexit et avec une Theresa May démissionnaire, la victoire attendue du parti du Brexit aux élections européennes annonce des négociations plus délicates avec l’Union européenne pouvant peser sur les marchés financiers même si on peut penser que les parlementaires britanniques veilleront à éviter une sortie sans accord. Conjugués aux données macroéconomiques en demi-teinte aux Etats-Unis qui confirment le ralentissement de la croissance outre-Atlantique et un baril de pétrole sous pression, l’environnement s’est sensiblement obscurcit et milite pour une plus grande prudence même si le risque d’une forte correction comme celle de la fin de l’année dernière semble être écartée à ce stade par les opérateurs.

 

Michel Douin
Toutes les chroniques