La chronique boursière

03/06/2019

Changement de perception…

Face à la montée des risques et des incertitudes, les investisseurs ont pris des bénéfices mettant fin au rebond initié en début d’année. Signe de cette aversion, le rendement du Bund a touché un plus-bas historique et le 10 ans américain est tombé à 2,15%. En parallèle, l’euro face au dollar et le pétrole ont reculé en raison des craintes sur le commerce mondial et la croissance alors que les prix de l’or ont monté. Les marchés demeurent fragilisés par l’intensification de la guerre commerciale que mène les Etats-Unis envers la Chine et plus récemment envers le Mexique puisque Donald Trump a décidé d’augmenter dès le 10 juin prochain les droits de douane de 5% sur les produits en provenance de ce pays si ce dernier ne fait rien pour enrayer le flux d’étrangers sur le sol américain. Par ailleurs, le PIB américain du 1er trimestre a été légèrement révisé à la baisse en seconde estimation et la probabilité d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord apparait de plus en plus forte limitant les velléités acheteuses. Dans ce contexte plus trouble où le risque perçu prédomine, les principaux indices clôturent la semaine dans le rouge abandonnant environ 2%. Sans surprise, les valeurs cycliques ont été pénalisées ainsi que le secteur bancaire.

Cette semaine, nous prendrons connaissance du rapport sur l’emploi américain du mois de juillet ainsi que des indices ISM du mois de mai. Nous surveillerons également la visite de Donald Trump au Royaume-Uni qui est prêt à profiter de l’impasse du Brexit pour se positionner comme partenaire commercial de référence par le biais d’un accord de libre-échange. Enfin, la réunion de la BCE aura lieu jeudi et Jerome Powell tiendra un discours à la Fed de Chicago mardi.

Michel Douin
Toutes les chroniques