La stratégie d'investissement

décembre 2017

Nous conservons une position prudente dans l’attente de meilleures opportunités d’achat en 2018

L’environnement général reste favorable aux actions des pays développés. Mais combien de temps l’absence de tensions inflationnistes pourra-t-elle se prolonger ? Comment les marchés obligataires réagiront ils à l’amorce du dégonflement du bilan de la FED ? Ces questions sont légitimes mais les investisseurs regardent ailleurs : la réforme fiscale américaine. L’ambiance reste haussière surtout aux Etats-Unis mais les risques de correction augmentent peu à peu. Nous conservons une position tactique relativement prudente, dans l’attente de meilleures opportunités à saisir dans les prochains mois.

 

Les conditions macroéconomiques restent favorables aux marchés actions dans les pays développés. L’essoufflement récent de certains pays émergents doit être surveillé mais il n’est pas inquiétant à ce stade.

 

L’absence d’inflation aux Etats-Unis en ce moment entretient des taux bas et une courbe des taux peu pentue. Pour l’instant, ce phénomène est défavorable au dollar, aux secteurs très cycliques et aux Bourses européennes. En revanche, il favorise les grandes valeurs de croissance américaines, notamment technologiques, qui sont déjà très chères et très présentes dans les indices.

Mais cela pourrait changer. La hausse des cours des matières premières et du pétrole, ainsi que la faiblesse du chômage américain pourrait finir par faire remonter modérément l’inflation. En outre, l’adoption de la réforme fiscale créerait sans doute un surcroît de croissance, modeste, mais suffisant  pour alimenter davantage les craintes de remontée des taux courts et longs. Voilà le principal facteur de risque de correction aux Etats-Unis.

Pour l’instant, les investisseurs américains y sont peu attentifs pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le risque d’entrée en récession est nul à horizon de 12 mois. Ensuite, lors des cycles économiques précédents, la Bourse s’est toujours bien comportée pendant les premiers resserrements monétaires. Enfin, de nombreux investisseurs sont persuadés que la FED gardera une attitude très conciliante, prête à lâcher du lest en cas de difficultés. Par sa communication permanente, la FED réduit aussi le risque de mauvaises surprises pour éviter les chocs sur les marchés obligataires.

Cet environnement est propice au maintien d’une volatilité extrêmement basse pour tous les actifs financiers. Il entretient l’optimisme et la complaisance des marchés. Tous les actifs financiers deviennent relativement chers. La recherche de rendement dans un monde de taux bas entraîne des distorsions et des comportements spéculatifs. Les actions échappent encore quelque peu à ce phénomène. Mais la hausse continue des indices américains augmente peu à peu les risques.

 

Nous conservons une position tactique relativement prudente, dans l’attente de meilleures opportunités d’achat à saisir dans les prochains mois.

En novembre, les marchés ont connu une mini-consolidation suivie d’un rebond technique peu convaincant en Europe. Les marchés américains restent portés par de fortes anticipations de mise en œuvre de la réforme fiscale. Leur hausse pourrait continuer jusqu’à l’adoption définitive du projet, limitant ainsi le risque de baisse en Europe. Mais, d’après l’analyse technique des marchés, une correction plus forte pourrait intervenir à tout moment en cas de déception.

Nous n’avons pas modifié nos prévisions pour les indices boursiers européens. Nous les avons relevées pour les indices américain et japonais pour nous ajuster à leur hausse récente. Le potentiel pour 2018 est d’environ 5 à 10% selon les places.

Nous maintenons notre recommandation très légèrement surpondérée sur les actions : neutre à court terme avec une  petite préférence pour les actions asiatiques. Nous privilégions  les actions européennes à moyen terme

Nous maintenons une position Neutre sur l’euro/dollar à court terme et une position surpondérer à moyen terme. Le retour vers le niveau de 1.13 semble un peu moins probable à court terme.

Nous conservons une position Sous pondérer sur les produits obligataires à court terme comme à moyen terme. Nous avons réduit les obligations privées américaines à sous pondérer en raison de la dégradation du couple risque/rendement. Nous ne gardons une opinion positive que sur les obligations privées à haut rendement de la zone Euro  après avoir abaissé à Neutre les obligations convertibles, position que nous maintenons à court terme sur les obligations émergentes.

 

Nous continuons donc à réduire la part des actifs risqués pour diminuer la sensibilité aux aléas financiers et boursiers.

 

Nous opérons un changement similaire dans nos notations sectorielles à court terme.  Nous réduisons à Neutre le secteur Produits de Base, très cyclique, et le secteur Technologique, sensible à un retournement  des grandes valeurs américaines. Nous relevons à nouveau le secteur Tourisme/Loisirs qui semble mieux orienté et toujours en retard en terme de valorisation. Enfin nous remontons la note du secteur Media à Neutre après plusieurs trimestres de sous-performance.

Dans notre allocation équilibrée, nous avons encore allégé le poids des actions en fin de mois, de manière assez générale, en réduisant la surpondération de 53% à 51.5%.

Dans la partie défensive, nous avons augmenté le poids de la trésorerie et des placements obligataires multi-stratégie. Nous avons abaissé le poids des emprunts souverains américains et des obligations privées européennes.

 

Sommaire 

 

Editorial- Synthèse

Economie: croissance soutenue dans les pays développés, plus mitigée pour les émergents.

Marchés de taux d’intérêt : le retour au calme des taux souverains ne profite pas au crédit.

Marchés des changes et des Matières Premières : le rebond du dollar est-il stoppé ?

Résultats des entreprises, évolutions des secteurs européens.

Evolution des marchés actions et des valorisations : mois de consolidation.

Stratégie d’investissement : allégement tactique des actions, attente d’opportunités en 2018.

Allocation d’actifs d’un fonds patrimonial Equilibré : poursuite de l’allègement des actions.

 

 

Achevé de rédiger le 8 décembre 2017

Vincent Guenzi

Directeur de la stratégie d’investissement