La chronique boursière

09/07/2018

Un peu de soulagement…

Les marchés actions européens clôturent la semaine en légère hausse grâce au repli de l’aversion au risque et de bonnes statistiques économiques. En effet, les investisseurs ont bien accueilli le rapport sur l’emploi américain avec la création de 213 000 emplois au mois de juin relayant au second plan l’entrée en vigueur des droits de douanes de 25% sur 34 milliards de produits chinois importés aux Etats-Unis, les autorités chinoises ripostant aussi tôt avec l’annonce de taxes équivalentes sur les importations américaines principalement sur les produits agricoles et les voitures. Concernant le secteur automobile, Donald Trump se dit prêt à ne pas appliquer une surtaxe de 25% sur les importations de véhicules européens si l’Union européenne supprime de son côté ses taxes sur les voitures américaines importées. Par ailleurs, Angela Merkel a obtenu un compromis in extremis sur la gestion des migrants avec la CSU permettant le maintien au pouvoir de son gouvernement, ce qui constitue évidemment une bonne nouvelle pour les marchés européens. Ainsi sur la semaine, le Stoxx600 s’apprécie de 0,64% avec un euro qui gagne un peu de terrain face au dollar à 1,175.

Pour autant, les investisseurs demeurent sur la défensive en raison des risques que représente la politique protectionniste américaine sur la croissance mondiale et les résultats des entreprises. Or s’ouvre justement cette semaine la saison des résultats semestriels outre-Atlantique qui devraient être de très bonne facture grâce entre autres aux effets positifs de la réforme fiscale. Mais la question qui se pose désormais est de connaitre l’éventuel impact de la guerre commerciale sur les projets d’investissement des entreprises. Ainsi, il n’est pas exclu que certains dirigeants communiquent des prévisions plus prudentes pour les trimestres à venir en raison du manque de visibilité. Premiers éléments de réponse avec JP Morgan Chase, Wells Fargo et Citigroup.

Michel Douin
Toutes les chroniques