La chronique boursière

12/11/2018

Soulagement mais peu d’enthousiasme…

Finalement le Congrès américain sera partagé entre Républicains et Démocrates, le Sénat étant conservé par les premiers et la Chambre des Représentants revenant aux seconds. Ce résultat conforme aux sondages a soulagé les investisseurs mercredi. En effet, la marge de manœuvre de Donald Trump pourrait être moindre sur le volet des dépenses publiques et des baisses d’impôt dont l’ampleur apparaît injustifiée et insoutenable économiquement pour le camp démocrate. Tous espèrent également des avancées constructives sur le front commercial en vue d’un apaisement des tensions avec la Chine et auprès des autres partenaires commerciaux. Pour autant, le scrutin des élections de mi-mandat n’a pas engendré d’enthousiasme acheteur lors des séances boursières de jeudi et vendredi. En cause, la confirmation d’une hausse des taux de la part de la Réserve fédérale américaine probablement le mois prochain et des publications de résultats contrastées où les déceptions l’emportent sur les satisfactions à l’image en France de Rubis ou encore Nexans. Par ailleurs en Europe, l’Eurogroup a demandé à l’Italie de revoir son budget 2019 et le président de la Commission Européenne a laissé entrevoir qu’un accord était possible en vue d’éviter un « Brexit dur ». Les cours du pétrole poursuivent leur repli en raison d’un rééquilibrage de l’offre de même que l’or qui pâtit du raffermissement du dollar, cotant désormais en-dessous de 1,13 pour un euro.

Cette semaine nous serons attentifs aux chiffres d’activité économique en Chine pour le mois d’octobre et à ceux de l’inflation aux Etats-Unis. Nous prendrons également connaissance de la croissance du PIB de la zone euro au troisième trimestre.

Michel Douin
Toutes les chroniques