La chronique boursière

11/02/2019

Piqûre de rappel…

Peu de facteurs permettent d’expliquer le regain d’appétit pour le risque au cours du mois de janvier (cf chronique précédente). Force est de constater que quand le consensus devient trop directionnel, c’est généralement l’inverse qui se produit. En soi, la semaine écoulée est une bonne piqûre de rappel. En effet, les principaux indices abandonnent de l’ordre de 1% mettant fin à plusieurs semaines de hausse. Les raisons sont bien connues : le ralentissement de la croissance mondiale et le risque protectionniste qui motivent la prudence des Banquiers centraux. En Europe, les derniers indicateurs d’activité en zone euro et la révision à la baisse des projections économiques de la part de la Commission européenne laissent à penser que la croissance tomberait sous son potentiel et que dans ce cas la BCE serait contrainte de revoir sa politique de resserrement monétaire. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale est désormais sur ses gardes et il n’est plus question à ce stade de remonter les taux directeurs. Sur le front géopolitique, les tensions remontent. Donald Trump a indiqué qu’il n’avait pas prévu de rencontrer le président chinois avant le 1er mars, date à laquelle les taxes douanières américaines sur les importations chinoises doivent augmenter. Concernant le Brexit, les négociations s’enlisent et les prochaines semaines ne devraient pas faire état d’avancées significatives. Par ailleurs, les publications de résultats trimestriels ont fait quelques victimes notamment en France avec les déceptions sur Publicis, Société Générale ou encore Bénéteau. En somme rien de bien nouveau, simplement un rééquilibrage du curseur de risque plus en phase avec le contexte actuel.

Cette semaine, l’actualité macroéconomique sera dense. Nous surveillerons au Royaume-Uni la première estimation du PIB du quatrième trimestre 2018 et les ventes au détail du mois de janvier et en zone euro la production industrielle de décembre et la croissance du PIB du quatrième trimestre 2018. Aux Etats-Unis, nous prendrons connaissance des chiffres d’inflation du mois de janvier, des ventes de détail en décembre et de l’indice de confiance des consommateurs de l’université du Michigan et en Chine des données sur l’inflation ainsi que de l’indice des prix à la production pour le mois de janvier.

 

Michel Douin
Toutes les chroniques