La chronique boursière

11/06/2018

Les Etats-Unis seuls au monde…

Alors que les marchés actions européens ont fait du surplace la semaine dernière, Wall Street de son côté a bien progressé soutenu par des publications économiques solides et l’espoir d’un apaisement des tensions politiques et commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis lors du sommet du G7 qui s’est tenu au Canada. Le Nasdaq, à composante technologique, a même battu de nouveaux records historiques. Mais c’était avant la volte-face de Donald Trump qui a décidé de retirer le sceau américain du communiqué commun final du G7 ce week-end en partance pour Singapour afin d’y rencontrer mardi le leader de la Corée du Nord Kim Jong-un. En conséquence, les taxes sur les importations d’acier et d’aluminium ne sont pas levées et le risque d’une imposition des droits de douanes jusqu’à 25% sur les voitures européennes importées devient encore plus d’actualité. L’Europe a également été pénalisée par la situation politique italienne toujours instable, malgré la formation d’un nouveau gouvernement, et la fin progressive du programme de « quantitative easing » de la BCE dont la prochaine étape pourrait être le passage à 15 milliards d’euros d’achats d’actifs par mois au lieu de 30 milliards actuellement.

Cette semaine, nous suivrons avec attention les réunions des Banques centrales. La Réserve fédérale américaine devrait relever sa fourchette de taux directeurs de 25 points de base à 1,75 – 2 % alors que la BCE devrait laisser sa politique monétaire inchangée. Nous surveillerons également les votes au Parlement britannique concernant le projet de loi sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Enfin, seront communiqués les chiffres de l’inflation et des ventes de détail aux Etats-Unis ainsi que de la production industrielle en zone euro.

Michel Douin
Toutes les chroniques