La chronique boursière

08/01/2019

Début d’année contrasté…

Les craintes déjà bien identifiées qui ont pénalisé les indices mondiaux lors du dernier trimestre de 2018 s’intègrent également au paysage boursier pour ce début d’année. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis sévit toujours, l’issue d’un accord sur le Brexit est très incertaine suite au report du vote devant le Parlement britannique le mois dernier, le ralentissement de la croissance mondiale et les anticipations de récession aux Etats-Unis à partir de 2020 coïncident avec la dégradation des perspectives bénéficiaires des sociétés à l’image d’Apple dont le titre a dévissé de près de 10% jeudi dans le sillage de l’annonce de son profit warning. Cet environnement instable crée une certaine défiance des investisseurs pour les actifs financiers et un regain de volatilité illustré par une alternance de séances boursières en forte baisse et en forte hausse. En effet, les marchés broyaient du noir jeudi avec l’avertissement d’Apple, un ISM manufacturier en dessous des attentes et l’enlisement du « shutdown », à savoir la fermeture partielle des administrations américaines, puisque Donald Trump et le camp démocrate n’ont toujours pas trouvé d’accord sur le financement du mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Vendredi, ils ont totalement inversé la tendance avec les chiffres positifs du rapport sur l’emploi américain, l’annonce de la réduction du taux de réserves obligatoires des banques chinoises et une inflexion du discours du Président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell qui s’est dit prêt à « ajuster la politique monétaire rapidement et faire preuve de flexibilité ». Ces propos tendent à confirmer une éventuelle pause dans le resserrement des taux alors que les anticipations pour 2019 misaient plutôt sur deux hausses.

Cette semaine qui s’ouvre sera chargée en publications. Nous suivrons l’évolution des discussions sur le volet commercial entre la Chine et les Etats-Unis mais aussi la tournée européenne de Theresa May. Nous prendrons connaissance aux Etats-Unis des chiffres des ventes de logements neufs, de l’indice ISM non manufacturier, de la balance commerciale pour le mois de novembre, des minutes de la dernière réunion de politique monétaire et du taux d’inflation de décembre. En Allemagne seront communiqués les ventes de détail, la production industrielle et le niveau des exportations et importations.

 

Michel Douin
Toutes les chroniques