La chronique boursière

21/01/2019

Le verre à moitié plein…

Et si la perception des marchés évoluait plus positivement… en tout cas, les indices européens n’ont guère été affectés par le rejet massif du projet d’accord du Brexit présenté par Theresa May devant le Parlement britannique, ce dernier étant probablement déjà intégré dans les cours. Mieux, ils s’inscrivent franchement en hausse avec un Stoxx 600 qui affiche un gain de 2,3% alors que les Bourses américaines culminent en moyenne à 3% de hausse. Ce mouvement s’explique principalement par l’espoir d’un apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. En effet, on apprenait d’un côté que le Secrétaire américain au Trésor était favorable à une levée des tarifs douaniers imposés aux importations chinoises et de l’autre que le gouvernement chinois serait prêt à faire des concessions afin de rétablir le déséquilibre commercial avec les Etats-Unis. Jusque-là, les relations entre les deux pays n’étaient pas au beau fixe puisque le Congrès américain avait présenté un projet de loi visant à interdire la vente de semi-conducteurs et d’autres composants au chinois Huawei Technologies. Sur le front macroéconomique en revanche, la tendance récente est plutôt négative. Les exportations chinoises ont baissé, confirmant le ralentissement de rythme de croissance du pays, tout comme les ventes de véhicules en 2018 et ce pour la première fois depuis 1990. En Europe, la production industrielle a diminué de 1,7% pendant le mois de novembre 2018, soit sa plus forte baisse depuis près de 3 ans. Ces mauvais chiffres ont été contrebalancé par 1/ l’annonce par la Chine de nouvelles mesures pour relancer son économie, 2/ la posture plus accommodante de la Réserve fédérale américaine concernant sa politique monétaire, 3/ la possibilité d’échapper à un « hard Brexit » depuis que Theresa May a surmonté la motion de censure déposée contre elle par les Travaillistes et 4/ les bons résultats trimestriels américains à l’image des banques qui ont soutenu la tendance haussière.

Cette semaine, nous serons attentifs aux publications économiques chinoises, à la réunion de la BCE et de l’Eurogroupe, aux indices PMI de la zone euro ainsi qu’aux résultats des entreprises des deux côtés de l’Atlantique.

Michel Douin
Toutes les chroniques